• Révéler le potentiel de croissance de l'Inde grâce à une série de webinaires réunissant les ministres centraux et d'État

Les arguments en faveur des investissements directs étrangers dans la recherche et le développement en Inde

Aperçu de la recherche et développement (R&D)

Importance de la R&D

Les arguments en faveur des investissements directs étrangers dans la recherche et le développement en IndeDownload report here
" data-entity-type="file" data-entity-uuid="f1974de0-7933-4a05-ac72-90913b2a459f" height="214" src="https://static.investindia.gov.in/s3fs-public/inline-images/R%26D_FDI.png" width="152" />

Il existe de nombreuses preuves mondiales que la RD est un moteur clé de la productivité et de la croissance économique. Il a été observé que les deux tiers de la croissance économique en Europe entre 1995 et 2007 étaient attribués à la R&D, qui représentait 15% de tous les gains de productivité pour cette période. Une augmentation de 10% des investissements en R&D entraîne une augmentation de 1,1 à 1,4% de la productivité.

Les dépenses mondiales de R&D ont augmenté au cours de la dernière décennie. En 2017, il était estimé à 1,7 milliard de dollars en parité de pouvoir d'achat (PPA). Les États-Unis, la Chine et le Japon étaient les principaux pays en R&D. La part de l'Inde était d'environ 2,8%. Le gouvernement indien se concentre et met continuellement l'accent sur la science et la technologie pour accroître ses efforts et apporter des améliorations en matière de RD. La RD a contribué à la formation de capital, à l'exportation de services et à l'investissement direct étranger (IDE). Cela s'ajoute au fait que la contribution de la R&D au bien-être social est également phénoménale. Notre société est aux prises avec de nombreux défis complexes et urgents qui affectent la qualité de vie de nos citoyens - comme l'efficacité énergétique, la sécurité, le changement climatique ou le vieillissement de la population.

La R&D a joué un rôle crucial pour anticiper et répondre à ces besoins. Bien qu'il existe peu de données pour étayer ces aspects de la R&D, leur impact se fait sentir dans toutes les couches de la société. Investir dans la R&D est fondamental pour la sécurité nationale de l'Inde et pour faire face aux multiples incertitudes liées au changement climatique et à l'effondrement mondial.

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

IDE en Inde

L'Inde fait aujourd'hui partie du top 100 des clubs sur la facilité de faire des affaires (EoDB) et se classe au premier rang mondial dans le classement des IDE greenfield. Les entrées d'IED en Inde se sont élevées à 45,15 milliards de dollars en 2014-2015 et n'ont cessé d'augmenter depuis. Les entrées d'IDE sont passées de 55,56 milliards de dollars en 2015-16, 60,22 milliards de dollars en 2016-17, 60,97 milliards de dollars en 2017-18 à 62,00 milliards de dollars (chiffre provisoire) en 2018-2019, ce qui était le plus haut afflux d'IDE jamais enregistré dans le pays.

Les entrées totales d'IDE au cours des 19 dernières années (avril 2000 - septembre 2019) ont été de 642 milliards de dollars, tandis que les entrées totales d'IDE reçues au cours des cinq dernières années (avril 2014-septembre 2019) sont de 319 milliards de dollars, soit près de 50% des entrées totales d'IDE. au cours des 19 dernières années.

Proposition de valeur de l'Inde

R&D en Inde: la promesse de l'Inde

Selon l'Institut de statistique de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l'Inde figure parmi les dix premiers pays à dépenser en R&D dans le monde, soit 48,1 milliards de dollars de dépenses de R&D (ajustées en PPA) représentant 2,7% de la part mondiale. L'Inde a amélioré son classement dans l'indice mondial de l'innovation de cinq places à la 52e place en 2019 et devrait figurer dans la liste des 25 premiers pays d'ici 2027.

Avec la mondialisation croissante, le marché de l'ingénierie et de la R&D en Inde devrait croître à un TCAC de 14% pour atteindre 42 milliards de dollars d'ici 2020. En 2019, l'Inde comptait près de 7000 institutions de R&D. Le nombre maximum d'institutions de R&D, soit 1392 (20,3%) se trouvent dans l'État du Maharashtra, suivi du Karnataka, du Tamil Nadu, de l'Andhra Pradesh et du Gujarat avec 685 (10,0%), 672 (9,8%), 570 (9,7%) ) et 547 (8,3%) respectivement.

L'Inde représentait 40% (13,4 milliards de dollars) du total de 34 milliards de dollars d'ingénierie et de R&D mondialisés en 2016.

IDE en R&D: les opportunités

  • Il y a eu un afflux important d'IDE dans la R&D en 2015-2016 (à hauteur de 235 M $). Il a chuté les années suivantes. Il y a une opportunité dans cet espace.
  • Il n'y a que 26 entreprises indiennes dans la liste des 2 500 plus gros dépensiers mondiaux en R&D, contre 301 entreprises chinoises. En Inde, 19 entreprises sur 26 ne sont présentes que dans trois secteurs: les produits pharmaceutiques, les automobiles et les logiciels.
  • L'Inde ne compte aucune entreprise dans cinq des dix principaux secteurs de RD, contrairement à la Chine qui est présente dans chacun d'entre eux.

Besoin d'IDE dans le secteur de la R&D en Inde

  • Capital intellectuel diversifié
    • L'Inde ajoute chaque année 6000 doctorants, 200000 ingénieurs, 300000 diplômés de troisième cycle non ingénieurs et 2,1 millions d'autres diplômés à ses effectifs.
    • En 2016, l'Inde a produit le nombre maximum de diplômés dans le monde avec 78 millions de nouveaux diplômés, dont 2,6 millions en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM).
  • Avantage d'innovation frugale
    • L'innovation frugale est une force pour l'Inde. L'investissement en R&D dans l'innovation frugale se traduirait par un avantage économique substantiel.
    • Parmi les exemples réussis d'innovation frugale, on peut citer les startups issues du projet Stanford-India Biodesign (impliquant l'Université de Stanford, États-Unis) et la machine ECG portable GE.
    • Kwid de Renault et la source d'énergie solaire / noix de coco de Siemens sont quelques autres réussites notables de l'innovation frugale.
  • Disponibilité d'un vivier de talents en R&D à faible coût
    • Le coût d'embauche d'un chercheur en Inde est de 1/5 du coût aux États-Unis.
  • Possibilité de s'adresser à l'Inde et à des marchés similaires
    • Selon un rapport du Forum économique mondial (WEF), l'Inde est en passe de devenir le troisième plus grand marché de consommation à l'échelle mondiale d'ici 2030, les dépenses de consommation passant à 6 milliards de dollars, contre 1,5 milliard de dollars en 2018.
    • L'Asie-Pacifique sera responsable de l'écrasante majorité (90%) des 2,4 milliards de nouveaux membres de la classe moyenne entrant dans l'économie mondiale.
  • Politique de propriété intellectuelle favorable
    • Conforme aux aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).
    • L'Inde a été l'un des trois premiers pays à afficher une forte croissance des dépôts au titre du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) en 2018.
  • Écosystème de démarrage massif
    • Classé deuxième après les États-Unis pour accueillir le plus grand nombre de startups.
    • Les programmes d'accélération encadrent les startups propulsées par des géants mondiaux.
    • Plus de 1500 centres internes mondiaux exploités par des multinationales à travers l'Inde.
  • Un environnement politique progressiste
    • Le classement de l'Inde dans l'indice de facilité de faire des affaires de la Banque mondiale a augmenté de 14 places pour s'établir au 63e rang en 2018-2019.
    • La résolution de l'insolvabilité, la gestion des permis de construire et le commerce transfrontalier sont des points forts de l'Inde.
    • L'un des principaux objectifs de la politique scientifique et technologique de 2013 est d'augmenter les investissements du secteur privé dans la R&D.
  • Infrastructure universitaire et de recherche robuste
    • Actuellement, plus de 1 140 centres en Inde sont dédiés à la R&D et emploient plus de 900 000 professionnels.
    • L'Inde a été classée première destination de l'innovation en Asie et deuxième au monde pour les nouveaux centres d'innovation. Il représente 27% des nouveaux centres d'innovation d'Asie.
  • Faible coût d'exploitation

Les multinationales placent leurs paris sur l'Inde

  • L'Inde est en passe de devenir l'une des principales destinations de l'externalisation de la R&D, 60% des nouvelles multinationales ayant établi des centres de R&D internes à l'échelle mondiale. Cela devrait s'accélérer à mesure que de nouvelles multinationales envisagent de créer leurs bases en Inde.
  • Selon une étude de la Confédération de l'industrie indienne (CII) publiée en 2017, parmi les 100 principaux dépensiers mondiaux en R&D, environ 83 d'entre eux sont présents en Inde sous une forme ou une autre.
  • Le nombre total de brevets en Inde a doublé (de 30 822 en 2008 à 60 777 en 2017).
  • Des entreprises comme Microsoft, Oracle, Motorola, Intel, IBM et GE ont installé leurs centres de R&D ou de conception en Inde.
  • Des entreprises comme GE et Bosch ont respectivement leurs plus grandes et deuxièmes installations de R&D en Inde
  • Investissements privés notables en R&D
    • GE a établi son premier centre de recherche à Bangalore en 2000. Outre Bengaluru, des centres de recherche sont situés à Hyderabad, Mumbai et Chennai. Le centre technologique John F Welch de Bengaluru est le plus grand centre de R&D de GE au monde.
    • Intel possède le plus grand centre de R&D, en dehors des États-Unis, en Inde.
    • Google, Amazon, Apple ont considérablement intensifié leurs activités de R&D en Inde.

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Potentiel significatif de création d'emplois

Pour chaque million de dollars investi en Inde, par an à des fins de R&D par les multinationales, il est probable que cela crée une demande pour environ huit à dix chercheurs.

COVID-19: Transformer une crise en opportunité

La pandémie de Covid-19 a plongé le monde dans une récession. Cependant, l'Inde est l'un des deux seuls pays au monde à avoir connu un taux de croissance positif avec de nouvelles projections de la trajectoire de croissance plus rapide de l'Inde. Ce taux de croissance devrait être l'un des plus élevés au monde.

La pandémie de Covid-19 offre également une opportunité unique pour l'Inde d'attirer les IDE, en particulier de grandes entreprises cherchant à diversifier leurs investissements dans de nouvelles zones géographiques dans le but d'atténuer les risques et d'augmenter la production. Le gouvernement indien a déjà pris des mesures actives dans ce sens en créant un groupe de secrétaires habilités dirigé par le secrétaire du Cabinet, afin de faire de l'Inde une «destination plus favorable aux investisseurs».

Répartition des dépenses de R&D en Inde

Tendances des dépenses de R&D en Inde

  • Les dépenses brutes de R&D en Inde ont affiché une croissance saine au cours des dernières années, passant de 3963,45 millions de dollars en 2005-06 à 11298,46 millions de dollars en 2014-2015 à un TCAC de 12,3 pour cent.
  • Les dépenses brutes de R&D (DIRD) ont affiché une tendance à la hausse constante au fil des ans. Il a triplé au cours de la dernière décennie en termes nominaux, passant de 3193,46 millions de dollars en 2004-05 à 13885,59 dollars en 2016-2017.
  • En tant que fraction du PIB, les dépenses publiques de R&D ont stagné - entre 0,6 et 0,7% du PIB - au cours des deux dernières décennies.

R&D et EXIM

Selon les données reçues de la Reserve Bank of India (RBI), les exportations de R&D sont passées de 1486 M $ en 2015-16 à 3603 M $ en 2017-18. Alors que les importations de R&D sont passées de 339 M $ en 2015-16 à 464 M $ en 2017-2018. Il convient de noter que l'Inde jouit d'une balance commerciale positive dans le secteur de la R&D, ce qui signifie que l'Inde est un exportateur net de R&D vers le reste du monde.

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Tendances des dépenses de R&D par segment

  • Les dépenses de R&D sont assumées presque entièrement par le gouvernement central.
  • Au sein des ministères / départements scientifiques centraux, les trois principaux dépensiers en 2017-2018 étaient le Département de l'énergie atomique, le Département de l'espace et le Département de la science et de la technologie.
  • Les investissements privés dans la recherche sont très en retard sur les investissements publics en Inde. Les trois principales entreprises qui ont contribué à la R&D dans le secteur privé en 2017 étaient SAP Labs India Pvt Ltd, Mphasis Ltd et Olympia Tech Park Pvt Ltd.
  • Sur 257 entreprises du secteur public central (CPSE) à but lucratif en 2017-2018, seulement 25% ont contribué à la R&D. Les trois principales entreprises qui ont contribué à la R&D en 2017-2018 étaient: Hindustan Aeronautics Ltd, Bharat Electronics Ltd et Bharat Heavy Electricals Ltd.
  • Les gouvernements des États dépensent également en R&D. Les principaux dépensiers en R&D sur l'agriculture, la recherche et l'éducation en 2018-2019 étaient le Maharashtra, le Tamil Nadu et le Karnataka.

Investissement sectoriel en R&D: brève analyse

  • Les dépenses publiques sont le principal moteur des dépenses de R&D dans le pays. Cela contraste fortement avec la tendance de la plupart des pays avancés où le secteur privé est une force dominante. Cependant, la part des dépenses publiques dans les dépenses totales de R&D est passée des trois quarts de toutes les dépenses à environ trois cinquièmes depuis ces dernières années. De plus, le gouvernement n'est pas seulement la principale source de financement de la RD, mais aussi le principal utilisateur de ces fonds.
  • Le gouvernement central est le principal acteur de l'écosystème des dépenses de R&D.
  • D'autres autorités publiques comme le CPSE, les gouvernements des États et les universités sont également des acteurs clés de l'écosystème, bien que leur contribution combinée aux dépenses globales de R&D soit moindre que celle du gouvernement central.
  • Le secteur privé, qui est un acteur important dans d'autres pays, n'est pas une source puissante de dépenses de R&D en Inde.
  • Les dépenses de R&D, en pourcentage du PIB, sont restées stagnantes au cours de la dernière décennie, même si les dépenses de R&D au total et en termes absolus ont augmenté au cours des deux dernières années.

R&D: secteurs porteurs

  • Santé - L'industrie de la santé a dépensé 782 milliards de dollars en R&D en 2018 et devrait enregistrer les dépenses de R&D les plus élevées d'ici 2020. Le marché de la santé en Inde devrait figurer parmi les trois premiers au monde d'ici 2020 et présente donc une formidable opportunité. aux investisseurs du secteur.
  • Automobile - En 2018, l'industrie automobile a dépensé 130 milliards de dollars en R&D, ce qui représente une croissance de 6 à 7% par rapport à 2017. Un sous-secteur clé à l'origine des investissements en R&D est la mobilité électrique.
  • Logiciels et informatique - En 2018, le secteur des logiciels et des technologies de l'information a représenté 117 milliards de dollars des dépenses de R&D, enregistrant une croissance de 18 à 19% par rapport à 2017. En Inde, cela se traduit par le fait que 1,6 milliard de dollars sont dépensés annuellement sur la formation de la main-d’œuvre et la croissance de la R&D.
  • Semi - conducteurs - Avec un taux de croissance de 7 à 8%, le sous-secteur des semi-conducteurs figure parmi les cinq principaux pays à dépenser en R&D avec un investissement de 61 milliards de dollars. Le secteur est caractérisé par des changements technologiques rapides, qui exigent des niveaux élevés de dépenses en R&D

Objectif de l'Inde dans le segment R&D

  • Plus du double des dépenses de R&D pour atteindre environ 2% du PIB d'ici 2022.
  • Cibler 50 pour cent du marché mondial de la R&D.
  • Doubler les exportations de R&D de 3 à 6 milliards de dollars.
  • Créer 30 hubs d'exportation R&D dédiés.
  • Objectif d'investissement en IDE de 500 M $ d'ici 2022.
  • Aspirer à être l'une des dix premières institutions mondiales de R&D dans les technologies émergentes.

États clés de la R&D

Les principaux États pour les opérations de R&D sont le Karnataka, le Telangana, le Tamil Nadu, l'Haryana, l'Uttar Pradesh, le Maharashtra, le Gujarat et le Rajasthan.

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Initiatives, incitations et programmes

Initiatives fiscales

Pour encourager les investissements dans la R&D, le gouvernement indien propose diverses incitations fiscales. Certaines de ces incitations sont données ci-dessous:

  • Le taux d'imposition des sociétés existantes a été ramené à 22 pour cent plus la surtaxe en vertu de l'article 115 de la BAA. Cela a certaines implications pour la recherche scientifique qui affecte non seulement les entreprises, mais aussi les IIT, les laboratoires de recherche gouvernementaux, les universités réputées et les instituts de technologie privés. L'implication pour les entreprises bénéficiant d'un taux d'imposition des sociétés réduit en ce qui concerne la recherche scientifique est la suivante: -
  • Article 35 (2AB): ne pourra pas demander une déduction fiscale pondérée de 150 pour cent pour les dépenses d'investissement et de fonctionnement pour la recherche scientifique effectuée dans des laboratoires de recherche agréés DSIR mais pourra réclamer une déduction de 100 pour cent sur les dépenses de fonctionnement u / s 35 (1) (i) et les dépenses en capital u / s 35 (1) (iv) avec 35 (1) (2ia).
  • Article 35 (2AA): déduction fiscale de 175 à 200 pour cent prévue pour le financement de la recherche à l'Institut indien de technologie, aux laboratoires de recherche publics et aux universités.
  • Article 35 ii): déduction fiscale de 175 pour cent pour la réalisation de recherches scientifiques dans des associations de recherche, des universités et des collèges.
  • Article 35 (iia): déduction fiscale de 125 pour cent pour la réalisation de recherches scientifiques avec des entreprises.
  • Section 35 (1) (iii): déduction fiscale de 125 pour cent pour la réalisation de recherches sociales ou statistiques avec des associations de recherche, des universités ou des collèges.
  • Article 35 (2AB): déduction fiscale pondérée de 200 pour cent sur les dépenses de R&D des entreprises.

Les autres incitations comprennent:

  • Déduction pour amortissement accéléré de 40% pour les investissements dans les installations et les machines et dans la technologie locale contre 15% pour l'amortissement normal conformément à la règle 5 (2) des règles informatiques.
  • Exonération des droits de douane et des droits d'accise centraux pour les unités de R&D internes de l'industrie.
  • Exonération des droits d'accise pendant trois ans sur les produits conçus et développés par une société indienne détenue à 100% et brevetés dans deux pays hors de l'Inde: États-Unis et Japon; et tout pays de l'Union européenne (à considérer en relation avec le régime de la TPS).
  • Exonération des droits de douane sur les importations effectuées pour des projets de R&D financés par le gouvernement dans l'industrie.
  • Les arguments en faveur de l'IDE dans la recherche et le développement en Inde
  • Les marchandises spécifiées destinées à être utilisées dans les secteurs pharmaceutique et biotechnologique peuvent être importées en franchise de droits par un importateur enregistré auprès du DSIR.
  • Des mesures de stimulation spécifiques au secteur, comme un projet de nano-mission de 100 milliards INR, ont été lancées par le gouvernement pour développer une infrastructure de R&D autour de la nanotechnologie en Inde.
  • L'Institut indien de technologie de Delhi (IIT-D) vise un financement externe de R&D de 72,83 millions de dollars cette année, contre 52,97 millions de dollars l'année dernière. En outre, l'institut recevra également une subvention de 132,42 millions de dollars du gouvernement au cours des cinq prochaines années après avoir remporté le très convoité étiquette de l'Institut de l'Éminence (IoE).

Collaboration université-industrie

  • Afin d'aider les investisseurs potentiels à entrer dans les textiles techniques, le ministère des Textiles a mis en place un Centre d'incubation Focus dans les textiles techniques (FICTT) à l'IIT Bombay. Ce centre d'incubation sert de plate-forme transnationale pour les meilleurs esprits du monde universitaire, des laboratoires de R&D et des industries pour collaborer et travailler collectivement à l'innovation de rupture dans le domaine des textiles techniques.
  • Le département de technologie textile de l'IIT-D a créé un groupe de recherche sur les matériaux textiles intelligents et innovants (SMITA). Le groupe SMITA dispose d'un financement important du gouvernement et de l'industrie indienne.

Régime de propriété intellectuelle (PI)

Les lois indiennes sont conformes aux normes ADPIC, qui est un accord international administré par l'OMC. Il établit des normes minimales pour de nombreuses formes de réglementations de propriété intellectuelle appliquées aux ressortissants des autres membres de l'OMC.

Selon le rapport de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l'Inde est devenue l'un des trois premiers pays à avoir enregistré une forte croissance des dépôts selon le PCT en 2018. Elle a déposé 2 013 demandes de brevet internationales en 2018 auprès de l'OMPI, enregistrant la plus forte croissance de 27%, dans le monde.

Collaboration internationale

À l'heure actuelle, l'Inde a conclu des accords bilatéraux de coopération scientifique et technologique avec 83 pays et une coopération active avec 44 pays. Au cours des dernières années, la coopération s'est considérablement renforcée avec l'Australie, le Canada, l'UE, la France, l'Allemagne, Israël, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. La coopération avec les pays africains a également été renforcée par l’intermédiaire de l’Initiative Inde-Afrique en matière de sciences et de technologie.

Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Recommandations

Il faut un écosystème habilitant avec un soutien politique, des solutions innovantes et une atténuation des risques pour rendre la R&D en Inde attractive. Les domaines d'intervention suivants peuvent être envisagés:

  • Plus de participation des États.
  • Suivi de l'activité R&D de MNC.
  • Développer le capital humain pour les travaux de R&D.
  • Améliorer l'exécution des contrats.
  • Favoriser les liens entre les multinationales et les entités locales.
  • Amélioration des terrains et des infrastructures.
  • Offrir des incitations basées sur les attentes des multinationales.
  • Formuler les priorités gouvernementales à long terme pour l'écosystème de R&D afin de permettre l'alignement de l'industrie.
  • Développer des mesures politiques tournées vers l'avenir, comparées aux meilleures pratiques mondiales pour favoriser les innovations.
  • Engager les jeunes générations dans la R&D pour une base solide pour une carrière dans la recherche. Les industries devraient collaborer avec des professeurs pour des activités fondées sur la recherche.

Perspectives sectorielles des IDE en R&D

Vue d'ensemble et principaux acteurs

  • Le secteur de la logistique indien, déjà un marché de 200 milliards de dollars, devrait croître à un TCAC de plus de 10% au cours des cinq prochaines années pour atteindre environ 320-330 milliards de dollars d'ici 2024-25.
  • Les textiles techniques en Inde ont déjà établi une taille de marché de 17 milliards de dollars, soit près de 7 pour cent de la taille du marché mondial de 250 milliards de dollars.
  • Le gouvernement indien cherche à réaliser le rêve électrique de 400 millions de clients d'ici 2030. L'investissement dans les startups de véhicules électriques (VE) est passé de 20 millions de dollars en 2017 à 406 millions de dollars en 2019.
  • Le secteur de la biotechnologie en Inde est très innovant et est sur une trajectoire de forte croissance. Le secteur, avec son immense potentiel de croissance, continuera à jouer un rôle important en tant que R&D innovante et centre de fabrication. Il s'agit déjà d'un marché de 62,5 milliards de dollars et devrait atteindre 150 milliards de dollars d'ici 2025.
  • Le secteur de l'ESDM en Inde a connu une croissance exponentielle au cours des cinq dernières années et devrait générer entre 100 et 130 milliards de dollars de valeur économique d'ici 2025. Le gouvernement indien a pris des initiatives de valeur pour promouvoir la fabrication électronique dans le pays, avec pour objectif d'atteindre exportations nettes positives d'ici 2025.
Investissement direct étranger dans la recherche et le développement en Inde

Logistique

La logistique: un secteur prometteur

  • Le marché de la logistique en Inde devrait croître à un TCAC de 10,5% entre 2019 et 25.
  • L'Inde s'est classée 44e (sur 160 pays) dans l'indice de performance logistique, 2018.
  • Les coûts de logistique en Inde représentent 13 à 15% du coût du produit, tandis que la moyenne mondiale est de 6%.
  • Le gouvernement envisage de lancer une politique nationale de la logistique visant à ramener les coûts logistiques en dessous de 10%.
  • L'industrie manufacturière en Inde a le potentiel de contribuer jusqu'à 25 à 30% du PIB d'ici 2025, ce qui stimulera la croissance du segment de l'entreposage en Inde.
  • Le secteur de la logistique en Inde devrait fournir des emplois à 13,9 millions de personnes, contre 10,9 millions actuellement, au cours des quatre prochaines années (2018-22), ce qui en fait le plus grand créateur d'emplois dans le domaine des infrastructures.

Avenues de R&D

  • Internet des objets (IoT) - Une entreprise de la taille d'Union Pacific, le plus grand chemin de fer des États-Unis, utilise l'IoT pour prédire les pannes d'équipements et de composants et économise jusqu'à 40 millions de dollars de dommages par incident.
  • Automatisation - En éliminant les interventions manuelles, le terminal à conteneurs automatique Qingdao New Qianwan a pu réduire les coûts de main-d'œuvre jusqu'à 70 pour cent et augmenter l'efficacité de 30 pour cent.
  • Technologie transparente - Avec la perception à 100% des péages sur les routes nationales via FASTag, nous sommes en mesure d'économiser jusqu'à 1588,98 millions de dollars par an en termes de carburant et d'heures de travail.
  • Analyse de données volumineuses - Les entreprises à grande échelle, telles que GE et Cisco, utilisent leurs propres plates-formes d'analyse telles que Predix8 ou l'infrastructure intégrée UCS (Unified Computing System) pour Big Data9 respectivement pour gérer et mettre en œuvre des processus complexes d'analyse statistique, d'exploration de données et de récupération pour Big Data qui aident à identifier les informations et les tendances clés.
  • Technologie Blockchain - Elle peut être utilisée pour créer des réseaux communs entre des entités qui ne souhaitent pas partager d'informations, sans compromettre l'intégrité des données. Cette technologie devient particulièrement pertinente dans le contexte indien, étant donné la nature fragmentée du secteur et le manque de plates-formes communes pour échanger des informations.

Perspectives du secteur du fret indien

  • La capacité du port devrait augmenter à un TCAC de 5 à 6% d'ici 2022, ajoutant ainsi une capacité de 275 à 325 MT.
  • Indian Railways vise à augmenter son trafic de fret de 1,1 milliard de tonnes en 2017 à 3,3 milliards de tonnes en 2030.
  • Le trafic de fret sur les aéroports en Inde pourrait atteindre 17 millions de tonnes d'ici FY40.

Avantages du littoral

  • Plus de 80 pour cent des marchandises de l'Inde voyagent par route.
  • L'Inde a la chance d'avoir un large littoral de plus de 7500 km.
  • Le coût de la navigation côtière est de 0,15-0,2 INR par tonne-km, contre 1,5 INR pour les chemins de fer et 2,5 INR pour la route.
  • La navigation côtière est économe en énergie, respectueuse de l'environnement et réduit les coûts logistiques.

Facteur E-Commerce

  • Les revenus du commerce électronique de l'Inde devraient passer de 39 milliards de dollars en 2017 à 120 milliards de dollars en 2020, avec une croissance annuelle de 51%, le plus élevé au monde.
  • En 2018, le commerce électronique représentait à lui seul 23% de la croissance des installations d'entreposage et la demande d'entreposage augmentera de façon exponentielle à l'avenir.

Initiatives gouvernementales

  • Le secteur de la logistique s'est vu attribuer le statut d'infrastructure, ce qui a facilité les flux d'investissements et est devenu un moteur de croissance majeur du secteur de la logistique.
  • Présentation du projet de loi E-Way.
  • Mise en œuvre de la taxe sur les produits et services (TPS).
  • Mise en place d'une division logistique au sein du Département du Commerce.
  • Développement de corridors de fret et de logistique dédiés.
  • Le gouvernement indien prépare actuellement une politique intégrée de transport et de logistique.
  • Le gouvernement a également annoncé le programme Sagarmala qui se concentre sur le développement dans quatre domaines thématiques - modernisation des ports et développement de nouveaux ports; connectivité portuaire; l'industrialisation menée par les ports et le développement des communautés côtières.
  • Le gouvernement a prévu des investissements à grande échelle visant à ramener le coût de la logistique de 14,4% du PIB à environ 10%, ce qui rendra le secteur compétitif.

Textiles techniques

  • Le marché du textile de 140,4 milliards de dollars en Inde devrait atteindre 223 milliards de dollars d'ici 2021. Ce secteur qui génère le deuxième plus grand emploi en Inde (45 Mn directs) subit une transformation massive du textile conventionnel vers le textile technique.
  • Les textiles techniques en Inde ont déjà établi une taille de marché de 17 milliards de dollars, soit 7% de la taille du marché mondial de 250 milliards de dollars.
  • Les textiles techniques sont devenus un secteur prioritaire pour le gouvernement indien. Il s'agit de l'un des sous-segments à la croissance la plus rapide en Inde, soit 12% par rapport à la moyenne mondiale de 4% depuis 2013-14.
  • Contribuant déjà à environ 0,7% du PIB de l'Inde à l'heure actuelle, le sous-segment des textiles techniques représente environ 13% du marché total du textile et de l'habillement en Inde, qui devrait doubler en termes de revenus et de production au cours des cinq prochaines années.

Potentiel commercial des textiles techniques en Inde

  • Le marché indien actuel des textiles techniques est estimé à 17 milliards de dollars, avec un TCAC de 12% depuis 2013-14.
  • Les exportations de textiles techniques se sont chiffrées à 1,97 milliard de dollars en 2018-2019, avec un TCAC de 5% depuis 2013-2014.
  • Les importations de textiles techniques se sont chiffrées à 2,2 milliards de dollars en 2018-2019, avec un TCAC de 8% depuis 2013-2014.
  • Le secteur du textile technique en Inde a la capacité d'exploiter le marché mondial d'une valeur de 200 milliards de dollars.
  • Le taux de pénétration des textiles techniques est faible en Inde, variant entre 5 et 10 pour cent contre 30 à 70 pour cent dans les pays développés.

Avenues de R&D

  • La production de textiles techniques nécessite des investissements importants dans le développement de fibres spécialisées à haute performance, de haute technologie et d'installations de production modernes.
  • Des entreprises indiennes ont commencé à développer des textiles techniques pour automobiles, des textiles liés à la sécurité utilisés par les soldats à haute altitude, des tissus balistiques, etc.

Entreprises investissant dans le secteur du textile technique

  • Nombre de géants multinationaux tels que Procter & Gamble, Johnson & Johnson, Kimberly-Clark, Ahlstrom, SKAPs, 3M, Toray et Du Pont sont activement engagés dans le secteur des textiles techniques et ont installé leurs usines industrielles en Inde.

Entreprises étrangères établissant des CPG avec des sociétés étrangères

  • Toray, une société japonaise, s'est associée à Kusumgar India pour former Toray Kusumgar Advanced Textile Private Limited (TKAT) en Inde en 2014 en tant que Joint Venture (JV) pour le tissu des airbags, et a commencé la production en 2016.
  • Géants mondiaux des entreprises - Le groupe Lalbhai d'Inde (Arvind) et le groupe de fibre de verre PD d'Allemagne se sont réunis pour créer une JV afin de produire des produits en fibre de verre, tissés et non tissés de classe mondiale à Ahmedabad, en Inde. La JV a été créée en 2011 dans le but de servir le marché indien en croissance des composites avec un accent particulier sur l'industrie éolienne, marine, pultrusion et automobile.
  • La société américaine DuPont s'est associée à la société textile Arvind en 2011 pour fabriquer et commercialiser ses vêtements industriels et ignifuges de marque Nomex en Inde.
  • Kineco Kaman Composites India (KKCI) est une JV multinationale entre Kaman Aerospace Group (USA) et Kineco Limited (Inde). La JV est créée avec son siège et son usine de fabrication basés à Goa dans le but de répondre aux besoins croissants des entreprises mondiales de l'aérospatiale et de la défense.
  • Strata India, créée en 2004, est une JV avec Strata Systems Inc., USA (qui fait partie du Glen Raven Group of Companies) pour produire des géotextiles. Strata India a commencé la fabrication dans son usine de fabrication certifiée ISO à Daman au début de 2009.
  • Vardhman Yarns & Threads Limited (VYTL) est une JV entre Vardhman Textiles Ltd. (Inde) et American & Efird LLC (États-Unis) engagée dans la fabrication d'une gamme de fils spéciaux pour différentes applications.
  • De grands acteurs nationaux comme Reliance, Alok Industries, Welspun, Trident, Arvind, Aditya Birla, Kusumgarh Corporates, SRF, Century Enka, Supreme Nonwovens, Techfab India, Entremonde Polycoaters, Union, Pacific Non-Woven, Garware Wall Ropes et Vardhman sont également investir dans le secteur textile.
IDE dans la recherche et le développement en IndeIDE dans la recherche et le développement en Inde

Initiatives gouvernementales

  • Le gouvernement indien a autorisé un programme de 195,97 millions de dollars pour stimuler la recherche, la production, l'utilisation et l'exportation de textiles techniques. • L'essentiel des fonds, 132,42 M $, servira à promouvoir la recherche et le développement dans le domaine.
  • Le Comité du Cabinet sur les affaires économiques (CCEA) a approuvé un plan visant à mettre en place une mission nationale technique des textiles (NTTM) dans le cadre de laquelle des mesures seront prises dans les quatre ans jusqu'en 2024 pour stimuler l'industrie. Le NTTM vise un taux de croissance moyen de 15 à 20% par an, portant la taille du marché intérieur à 40 à 50 milliards de dollars d'ici 2024.
  • La mission sera créée pour une période de mise en œuvre de quatre ans à partir de 2020-24 et comportera les quatre éléments suivants:
    • Composante - I (Recherche, innovation et développement)
    • Composante - II (Promotion et développement des marchés)
    • Composante - III (Promotion des exportations)
    • Composante-IV (Éducation, formation et développement des compétences)

Autres régimes

  • Codes du Système harmonisé de nomenclature (HSN) pour les textiles techniques En 2019, le ministère des Textiles a dédié 207 codes HSN aux textiles techniques pour aider à surveiller les données d'importation et d'exportation, en fournissant un soutien financier et d'autres incitations aux fabricants.
  • Le gouvernement indien autorise 100% des IDE par voie automatique Les fabricants internationaux de textiles techniques tels que Ahlstrom, Johnson & Johnson, Du Pont Procter & Gamble, 3M, SKAPS, Kimberly Clark, Terram, Maccaferri, Strata Geosystems ont déjà lancé des opérations en Inde.
  • Technotex Inde Il s'agit d'un événement phare organisé par le ministère des Textiles en collaboration avec la Fédération des chambres de commerce et d'industrie indiennes (FICCI) et comprend des expositions, des conférences et des séminaires avec la participation de parties prenantes de toute la chaîne de valeur mondiale du textile technique.
  • Mission nationale technique du textile En vue de positionner le pays comme un leader mondial des textiles techniques, la CCEA a donné son accord pour mettre en place une mission nationale technique du textile avec une dépense totale de 194 M $ en février 2020.
  • Programme de parc textile intégré (SITP) Pour stimuler l'esprit d'entreprise en fournissant un soutien financier et des infrastructures de pointe, le programme a été lancé en 2005 et a récemment été prolongé pour la période 2017-20.
  • Centres d'excellence Le ministère des Textiles a lancé une mission technologique sur les textiles techniques (TMTT) avec deux mini-missions pour une période de cinq ans (2010-15), ce qui a entraîné la création de huit centres d'excellence pour fournir un soutien aux infrastructures, diriger des recherches et mener tests de divers textiles techniques.
  • Scheme for Integrated Textile Park (SITP) L'objectif plus large de l'ATUFS est d'améliorer les exportations et de promouvoir indirectement les investissements dans les machines textiles. Dans le cadre de la mise à niveau de la technologie ATUFS et des CIS sont proposés aux entités qui sont engagées dans la fabrication de produits textiles et techniques sous la direction du Comité consultatif technique de suivi (TAMC).

Véhicules électriques

  • Selon un rapport du Forum économique mondial, l'Inde est en passe de devenir le troisième plus grand marché de consommation au monde, les dépenses de consommation passant à 6 milliards de dollars d'ici 2030, contre 1,5 milliard de dollars en 2018.
  • L'Inde est une base de clients prêts et le gouvernement indien cherche à réaliser le rêve électrique de 400 millions de clients d'ici 2030.
  • Dans le cadre du Plan national de mobilité électrique (NEMMP) 2020, il existe un objectif ambitieux pour atteindre 6 à 7 millions de ventes d'hybrides et de véhicules électriques chaque année à partir de 2020.
  • Le NEMMP cible également les véhicules électriques à batterie (BEV) de 400 000 passagers d'ici 2020, évitant 120 millions de barils de pétrole et 4 millions de tonnes de CO2. L'investissement total requis pour cela sera d'environ 3 milliards de dollars.
  • Outre le centre, onze autres États, dont le Tamil Nadu, le Kerala et le Karnataka, ont conçu et lancé une politique globale en matière de VE.
  • Environ 3600 voitures électriques ont été vendues en 2019, soit environ 0,1% des 31,6 lakh de voitures à combustible fossile vendues la même année. Cela reflète l'immense potentiel d'investissement dans le secteur de la mobilité électrique.
  • Des entreprises de premier plan telles que Tata Motors, MG et Hyundai ont récemment intensifié leurs projets de création d'un écosystème de véhicules électriques en Inde.
  • L'investissement dans les startups de véhicules électriques est passé de 20 millions de dollars en 2017 à 406 millions de dollars en 2019. La pénétration du marché des véhicules électriques ne représente que 1% du total des ventes de véhicules en Inde, et sur ce chiffre, 95% des ventes sont des deux-roues électriques.
IDE dans la recherche et le développement en Inde

Les entreprises prennent une longueur d'avance

  • En juillet 2019, le constructeur automobile Hyundai s'est engagé à investir 200 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour développer des véhicules électriques abordables pour le marché indien.
  • Le groupe Tata a annoncé son intention de fabriquer des voitures électriques et des batteries, d'installer des bornes de recharge et de construire une usine de recyclage de batteries.
  • Le constructeur automobile Mahindra & Mahindra investit 18 milliards INR au cours des trois prochaines années dans la production de véhicules électriques pour accélérer sa production de véhicules à quatre roues.
  • Automotive Electronics Power Private Limited (AEPPL), une JV entre les sociétés japonaises Toshiba, Suzuki et DENSO, a déjà investi 170 millions de dollars pour fabriquer des batteries lithium-ion au Gujarat. La JV prévoit d'investir 520,1 M $ supplémentaires pour démarrer la construction de la deuxième phase de l'usine de fabrication de batteries.

Contribution des universités à la R&D

  • L'IIT-D, en mai 2019, a inauguré le Centre de recherche et de tribologie automobiles (CART), avec pour vision de devenir un centre internationalement reconnu d'enseignement, de recherche et de service technologique dans les domaines des VE, du stockage et de la surveillance de l'énergie, de la santé automobile. surveillance, étalonnage et diagnostic et tribologie.
  • Le Centre international de technologie automobile (ICAT), Manesar, situé dans le centre automobile du nord de l'Inde, est un fournisseur de services de test, de certification et de R&D automobile de premier plan de classe mondiale sous l'égide du projet national d'infrastructure de test et de R&D automobile (NATRiP).

L'environnement de démarrage

  • En Inde, l'investissement dans les startups de véhicules électriques a grimpé à 406 millions de dollars en 2019 contre 20 millions de dollars en 2017. Avec un financement de 300 millions de dollars, Ola Electric Mobility est devenu le plus grand bénéficiaire de cette vague d'investissements. Ola Electric a été suivie par des startups telles que Ather Energy, Lithium Cabs, Yulu, Zypp et SmartE.
  • Des startups comme Ather Energy ont déjà investi un capital humain considérable pour poursuivre la croissance de la R&D dans le secteur.
  • Le démarrage de l'infrastructure de charge, Exicom, s'est également associé à MG Motors pour assurer une bonne gestion des batteries de seconde vie.
  • En plus du développement dans la fabrication de véhicules électriques et de composants, les startups indiennes ont été à la tête du paysage de la micro-mobilité et de la connectivité du dernier kilomètre. Bounce et BLive ont joué un rôle important dans l'identification de l'application universelle de la mobilité verte.
  • La flotte indienne de trois-roues fonctionnant sur batterie est passée de 4 000 en 2010 à plus de 1,5 million en moins d'une décennie. Chaque mois, 11 000 e-rickshaws sont produits en Inde.
IDE dans la recherche et le développement en Inde

Opportunités d'investissement et initiatives gouvernementales

  • Afin de promouvoir la vente de véhicules électriques sur le marché indien, le gouvernement a lancé le programme Faster Adoption and Manufacturing of Hybrid and Electric Vehicles (FAME), dans le cadre duquel le gouvernement offrirait certaines incitations pour réduire le coût d'achat des véhicules électriques.
  • Récemment, le gouvernement a notifié la phase II du programme FAME, avec une dépense de 1324,15 millions de dollars pour une période de trois ans à compter du 1er avril 2019. Le programme comprend des incitations à la demande des clients pour l'achat de véhicules électriques, des incitations aux fabricants pour la R&D en plus de développer l'infrastructure de recharge.
  • Récemment, le Conseil de la TPS a réduit les taxes sur les véhicules électriques de 12% à 5%.
  • Les droits d'importation sur les matières premières associées aux batteries lithium-ion ont été supprimés.
  • Le gouvernement a décidé de financer jusqu'à 60 pour cent du coût de la R&D pour développer une technologie électrique locale à faible coût qui aidera à alimenter les deux et trois roues et les véhicules utilitaires fonctionnant dans les espaces publics.

Avantages pour l'environnement

  • Passer outre à la mobilité électrique peut aider l'Inde à atteindre son engagement dans le cadre de l'Accord de Paris de réduire l'intensité des émissions de carbone (émissions par unité de PIB) de 33 à 35% par rapport au niveau de 2005 sur 15 ans.
  • Le pays peut économiser 37% de ses émissions de carbone en 2030 en poursuivant un avenir de mobilité partagée, électrique et connectée.
  • Cela entraînerait une réduction de 156 MTOE (Million Tonnes of Oil Equivalent) de la consommation de diesel et d'essence pour cette année.
IDE dans la recherche et le développement en IndeIDE dans la recherche et le développement en Inde

Biotechnologie

  • Le potentiel du secteur est bien reconnu par le gouvernement central. Le Département de biotechnologie (DBT) a lancé plusieurs initiatives pour promouvoir le développement de la biotechnologie dans le pays, dans des secteurs tels que l'agriculture, les soins de santé abordables et la technologie médicale, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la biotechnologie animale, la sécurité environnementale, l'énergie propre et les biocarburants, les bio -fabrication etc.
  • La contribution des services de recherche indiens à la bioéconomie ainsi que le portefeuille de soins de santé Bio-IT et IT est estimée à 9,5 milliards de dollars.
  • L'Inde fait partie des 12 premières destinations biotechnologiques au monde et la troisième de la région Asie-Pacifique. L'Inde a également le deuxième plus grand nombre d'usines approuvées par la Food and Drug Administration (USFDA) des États-Unis, en dehors des États-Unis et une part de trois pour cent dans l'industrie biotechnologique mondiale.
  • Le pays est également l'un des principaux fournisseurs de vaccins DTC, BCG et rougeole et les fournit dans 150 pays. L'Inde compte déjà plus de 2600 startups et une main-d'œuvre biotechnologique d'un million.
IDE dans la recherche et le développement en Inde

Initiatives gouvernementales pour la croissance de la R&D

  • Le nouveau règlement sur les médicaments et les essais cliniques, 2019 a été publié par le ministère de la Santé et du Bien-être familial. Celles-ci ont été lancées pour fournir des approbations limitées dans le temps, à savoir 30 jours pour un médicament développé en Inde, 90 jours pour un médicament développé en dehors du pays. Ces installations de dédouanement accélérées ont conduit à une augmentation de la R&D et des essais cliniques en Inde et ont jusqu'à présent été bien accueillies par l'industrie.
  • DBT a créé le Conseil d'aide à la recherche dans l'industrie de la biotechnologie (BIRAC), un PSU créé pour soutenir les startups, la R&D et la collaboration industrie-université dans le secteur. Dans le cadre de ce programme, 50 incubateurs de nids biologiques ont été mis en place, ainsi que six bio-clusters et quatre centres régionaux.
  • La politique nationale sur les biocarburants, 2018 permet la production de biocarburant à partir de céréales alimentaires endommagées et excédentaires, un programme de financement de l'écart de viabilité pour les raffineries de bioéthanol 2G de 662,08 millions de dollars. Cela aidera l'Inde à atteindre son objectif indicatif de 20 pour cent de mélange d'éthanol dans l'essence et de 5 pour cent de mélange de biodiesel dans le diesel, proposé d'ici 2030. La DBT a déployé d'importants efforts de R&D dans cette direction, l'accent étant mis sur le développement de la deuxième -génération de biocarburants. Trois usines de démonstration ont été mises en service à Goa, Hyderabad et Mumbai. Le département soutient quatre centres DBT-Bioenergy avec des objectifs et des cibles spécifiques conformément à la politique nationale sur les biocarburants.
  • Le programme SBIRI (Small Business Innovation Research Initiative) du DBT vise à stimuler les efforts de PPP dans le pays. SBIRI est une initiative unique en son genre qui facilite l'innovation, la prise de risque par les petites et moyennes entreprises et rassemble le secteur privé, les institutions publiques et le gouvernement sous un même toit pour promouvoir la recherche et l'innovation.
  • La mission d'amélioration génétique sur les légumineuses vise à fournir aux agriculteurs des variétés améliorées et productives, une résistance aux maladies et au climat. Dans le cadre du programme, DBT a financé un premier projet de réseau intitulé `` Genetic Enhancement of Minor Pulses: Characterization, Evaluation, Genetic Enhancement and Generation of Genomic Resources for Accelerated Use and Improvement of Minor Pulses '' avec l'Institute of Life Science (ILS), Bhubaneswar as the centre de coordination. Le projet compte 13 institutions participantes à travers le pays.
  • Le Lok Sabha a adopté le projet de loi sur la réglementation de la technologie de l'ADN (utilisation et application) qui permet l'utilisation réglementée de l'ADN, car le projet de loi contient des dispositions visant à créer des banques nationales et régionales de données ADN pour la maintenance de la base de données nationale médico-légale d'ADN à des fins d'identification de personnes disparues / délinquants / suspects / personnes décédées inconnues.
  • Des directives nationales pour la recherche sur les cellules souches ont été formulées par la DBT et l'ICMR, afin de garantir que la R&D reste éthique et responsable. Les lignes directrices stipulent que toute utilisation de cellules souches chez un patient est expérimentale et ne doit être effectuée que dans le cadre d'un essai clinique approuvé et surveillé et ne pas l'offrir comme thérapie.
  • L'Initiative Inde-Royaume-Uni de recherche sur le cancer lancée en collaboration avec Cancer Research UK (CRUK) se concentre sur l'accessibilité financière de la prévention et des soins du cancer et sur le potentiel de faire des progrès significatifs contre les conséquences du cancer. CRUK et le DBT investiront chacun 5 millions de dollars dans cette initiative.
  • La mission nationale Bio-Pharma lancée en mai 2017 avec un coût total de 250 millions de dollars est cofinancée par la Banque mondiale. Il s'agit d'une mission industrie-université visant à accélérer le développement bio-pharmaceutique en Inde. Dans le cadre de cette mission, le gouvernement a lancé le programme Innovate in India (i3) pour créer un écosystème propice à la promotion de l'esprit d'entreprise et de la fabrication locale dans le secteur biopharmaceutique. BIRAC est le PSU de mise en œuvre pour cela.
  • DBT a également organisé le premier sommet indien sur la biotechnologie, «Global Bio India 2019», en novembre, à New Delhi. Ce sommet de trois jours a réuni l'industrie, les universités, les États et les gouvernements centraux.
  • Le programme d'action indo-américain pour les vaccins (VAP) est un programme bilatéral du DBT et du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) des National Institutes of Health (NIH), États-Unis et est en cours de mise en œuvre depuis juillet 1987. Le programme a été prolongé pour une période de cinq ans (jusqu'en 2022). Il encourage le développement de vaccins.
  • Le réseau du système d'information sur la biotechnologie (BTISnet) vise à soutenir le développement de bases de données et les activités de R&D en bioinformatique. Dans le cadre de ce programme, 152 centres de bioinformatique sont établis dans diverses universités et instituts de recherche à travers le pays.
  • DBT a également créé 16 institutions thématiques à travers le pays. Ces institutions poursuivent des recherches de base, de découverte et de translation en lien avec les missions nationales dans les domaines de la biotechnologie agricole, de la biotechnologie animale, de la biotechnologie médicale, du développement des énergies propres et des bioressources, de l'agriculture secondaire, etc.
  • DBT dans le cadre du partenariat d'innovation avec VINNOVA, la Suède avait annoncé un appel à propositions conjoint sur `` l'intelligence artificielle pour faire progresser les soins de santé en Inde et en Suède '' en 2018. L'appel conjoint vise à assurer une diffusion durable et équitable de la technologie pour améliorer l'accès aux soins de santé et l'abordabilité.
  • Génome Inde: Le projet se concentrera sur le séquençage complet du génome de populations représentatives à travers l'Inde et sur le développement d'une puce d'association à l'échelle du génome pour la population indienne afin de faciliter des études génétiques rentables à grande échelle. Le méga projet espère former une grille après avoir collecté 10 000 échantillons dans la première phase à travers l'Inde, pour arriver à un génome indien représentatif. Le National Genomics Core a également été lancé par DBT. L'installation nationale principale se trouve à l'Institut national de génomique biomédicale, Kalyani, et deux installations régionales se trouvent dans la région du centre-nord (Université d'Allahabad) et de la région du centre-sud (Centre pour l'empreinte digitale et le diagnostic de l'ADN, Hyderabad). Le Core est destiné à être un guichet unique pour tous les services de génomique en encourageant les startups, en renforçant les compétences en génomique et en fournissant des installations et une expertise spécialisées en génomique.
  • La DBT a dépensé environ 100,88 millions de dollars pour soutenir les institutions de RD autonomes et 195,31 millions de dollars pour la RD en biotechnologie, le développement des ressources humaines et les ressources de recherche.

Incitations d'État

Le secteur biotechnologique indien a attiré beaucoup d'attention au cours des deux dernières décennies. Plusieurs entreprises mondiales se sont associées de manière agressive aux entreprises indiennes en raison du fort potentiel biotechnologique générique de l'Inde. Plusieurs États ont reconnu le potentiel du secteur et constitué leurs propres politiques de biotechnologie, plusieurs l’identifiant comme un secteur d’orientation au sein de leurs politiques industrielles également.

Outre les politiques, le Karnataka et Telangana organisent chaque année leurs méga événements phares spécifiques à la biotechnologie appelés respectivement India-Bio et Bio-Asia pour attirer, développer et conserver des investissements de haute qualité dans le secteur de la biotechnologie dans l'État.

IDE dans la recherche et le développement en Inde

Avantages d'investir dans la R&D

  • Le pays offrant de nombreux avantages comparatifs en termes d'installations de R&D, de connaissances, de compétences et de rentabilité, l'industrie de la biotechnologie en Inde a un immense potentiel pour émerger en tant qu'acteur clé mondial.
  • L'Inde compte plus d'un million de travailleurs en biotechnologie (2019) et offre des économies de coûts potentielles de 30 à 40% par rapport aux marchés occidentaux pour le capital humain. L'Inde bénéficie également d'un dividende démographique, car l'Inde possède l'une des plus jeunes effectifs au monde, avec une moyenne d'âge de 29 ans.
  • Le DBT a également soutenu 695 instituts de recherche, 116 collèges et formé 1 200 enseignants. Il a également mis en place 16 institutions thématiques à travers le pays. Ces institutions poursuivent des recherches de découverte et de recherche translationnelle en lien avec les missions nationales dans les domaines de la biotechnologie agricole, de la biotechnologie animale, de la biotechnologie médicale, du développement des énergies propres et des bioressources, de l'agriculture secondaire, etc.
  • Le pays bénéficie d'une gamme d'incitations à la R&D aux niveaux national et central, plusieurs États offrant le cofinancement de projets de R&D, des subventions et des subventions. Le ministère des Sciences et de la Technologie a reçu sa plus importante allocation de fonds jamais réalisée au cours de cet exercice (2019-2020). DBT a été l'un des plus gros bénéficiaires car il a reçu un budget de 341,63 M $, soit une hausse de 21,05 M $ par rapport à l'année précédente
  • L'Inde est le deuxième pays le plus peuplé du monde et, selon l'Organisation mondiale de la santé, représente environ 20% de la maladie mondiale et constitue donc une destination appropriée pour mener des essais cliniques sur de nouveaux médicaments et techniques médicales. Il bénéficie également d'une riche biodiversité de la flore et de la faune, ainsi que d'une immense diversité génétique.
  • L'Inde occupe actuellement une part marginale sur le marché mondial des enzymes industrielles, important environ 70% des enzymes du pays. Par conséquent, il existe une opportunité de R&D ciblée et d'innovation basée sur la connaissance dans le domaine des enzymes industrielles, qui peuvent remplacer de manière innovante les processus chimiques polluants par des processus respectueux de l'environnement qui assurent également la durabilité environnementale. Le segment du marché des enzymes alimentaires devrait connaître une forte croissance, car l'application d'enzymes dans l'industrie, ainsi que la demande d'aliments transformés, augmentent.
  • DBT a mis au point un `` programme national de parcs de biotechnologie '' dans lequel il est proposé de créer un écosystème pour absorber les start-ups qui ont obtenu leur diplôme des incubateurs et leur donner une plate-forme pour intensifier davantage leurs activités de R&D en collaboration avec le gouvernement de l'État. et l’industrie. Jusqu'à présent, le Département a soutenu 9 parcs de biotechnologie dans divers États. Ceux-ci sont:
    1. Biotech Park, Lucknow, Uttar Pradesh.
    2. Centre d'incubation de biotechnologie, Hyderabad, Telangana.
    3. Tidco Center for Life Sciences (TICEL) Biotech Park, Chennai, Tamil Nadu.
    4. Le parc biotechnologique du Golden Jubilee pour les femmes, Chennai, Tamil Nadu;
    5. Centre d'incubation de technologie de parc de biotechnologie, Guwahati, Assam.
    6. Centre d'incubation de biotechnologie, Cochin, Kerala;
    7. Parc de biotechnologie, Bangalore, Karnataka;
    8. Parcs de biotechnologie industrielle (IBTP), Jammu-et-Cachemire
    9. Parc biotechnologique de Chhattisgarh, Naya Raipur, Chhattisgarh.

Conception et fabrication de systèmes électroniques (ESDM)

Le secteur de l'ESDM en Inde a connu une croissance exponentielle au cours des cinq dernières années et devrait générer entre 100 et 130 milliards de dollars de valeur économique d'ici 2025. Le gouvernement indien a pris des initiatives de valeur pour promouvoir la fabrication électronique dans le pays, avec pour objectif d'atteindre des objectifs positifs. exportations nettes d'ici 2025.

IDE dans la recherche et le développement en Inde

Paysage ESDM en Inde

  • Selon les estimations d'une initiative de recherche conçue par le ministère de l'électronique et des technologies de l'information (MeitY), le marché indien des produits électroniques croît à un TCAC de 27% et devrait atteindre 400 milliards de dollars d'ici 2025.
  • La fabrication électronique nationale a déjà connu une croissance sans précédent au cours des cinq dernières années. Avec une croissance plus du double, la production de produits électroniques est passée de 29 milliards de dollars en 2014-15 à 70 milliards de dollars en 2018-19.
  • L'Inde est en effet devenue la plaque tournante mondiale de la conception électronique avec près de 2 000 puces conçues chaque année et environ 500 000 ingénieurs employés dans les innombrables aspects de ce domaine.
  • En Inde, VLSI et EDA représentent le plus grand pourcentage de l'industrie indienne de conception de semi-conducteurs.
  • Une numérisation supérieure à travers différentes verticales a conduit à une pénétration accrue des maisons de conception électroniques indiennes dans l'éclairage LED, les équipements de communication et à large bande et l'électronique automobile. La force de l'Inde en matière de systèmes de conception repose sur trois facteurs principaux:
    • De solides capacités dans la conception de systèmes bien établis.
    • Énorme somme de diplômés en génie électronique.
    • Augmentation de la demande due à un nombre important de PME et de startups indiennes.
IDE dans la recherche et le développement en Inde

R&D en ESDM

  • Le soutien à la R&D pour l'innovation concept-to-market peut apporter une valeur ajoutée énorme dans tous les secteurs de l'électronique, ainsi que des procédures de dédouanement simplifiées pour l'importation de biens nécessaires à la R&D. Par conséquent, le gouvernement indien collabore de manière dynamique avec les acteurs de l'industrie, les institutions et les universités pour soutenir et produire des recherches et des installations de classe mondiale.
  • Actuellement, il existe plus de 1 140 centres en Inde qui se consacrent au développement de produits et à la R&D et emploient plus de 9 000 000 professionnels.
  • L'intensification de l'écosystème de R&D pour le secteur électronique indien sera cruciale pour le développement de la technologie locale, le transfert à l'industrie pour la commercialisation et l'augmentation de la propriété intellectuelle dans le pays.
  • Un accent stratégique a été mis sur la promotion de la R&D dans l'électronique de puissance, l'électronique médicale, les composants électroniques et l'électronique stratégique.

Avantages d'investir en R&D

  • L'Inde ajoute chaque année 6000 doctorants, 200000 ingénieurs, 300000 étudiants de troisième cycle non-ingénieur et 2,1 millions d'autres diplômés à ses effectifs. Le coût d'embauche d'un chercheur en Inde représente un cinquième de celui des États-Unis.
  • On s'attend à ce que l'industrie des services de fabrication électronique (EMS) contribue de manière notable au développement de l'ensemble de l'industrie.
  • L'Inde possède de solides capacités de conception et de R&D en électronique automobile et en économie industrielle.
  • Le gouvernement encourage activement le développement de grappes de fabrication d'électronique (CEM) dans tout le pays afin de fournir des infrastructures et des installations de classe mondiale.
  • Certaines des principales initiatives gouvernementales telles que Digital India, Make in India et des politiques de soutien, notamment une politique favorable aux IDE pour la fabrication électronique, ont raccourci le processus de création d'unités de fabrication en Inde.
  • L'Inde est la deuxième économie à numérisation la plus rapide parmi les 17 principales économies du monde.
  • Il existe une demande énorme de produits électroniques dans les pays du Moyen-Orient et sur les marchés émergents tels que l'Afrique du Nord et l'Amérique latine. Cela fournit un marché d'exportation pour les produits électroniques Made in India. L'Inde possède un écosystème de startup florissant. Nous sommes le deuxième après les États-Unis pour accueillir le plus grand nombre de startups. Plusieurs programmes d'accélération propulsés par des géants mondiaux ont été annoncés pour le mentorat des startups.
  • Pour ajouter à ses atouts, plus de 1500 centres internes mondiaux sont actuellement gérés par des multinationales à travers l'Inde. Les entreprises ITeS mûres qui ont atteint leur échelle et l'abondance de talents locaux ont été des moteurs clés pour que l'Inde devienne une destination attrayante pour les services d'ingénierie et de R&D offshore (ER&D).
  • Le gouvernement de l'Inde encourage également la R&D dans le pays par des déductions fiscales pour amortir les revenus et les dépenses en capital, des déductions fiscales pour toute somme payée à une association de recherche, une exonération des droits de douane pour les unités de R&D internes pour les biens d'équipement et les consommables et l'amortissement accéléré. pour l'investissement dans des machines basées sur la technologie locale.
Source